Comment exercer le métier d'influenceur ?

10 Août 2020 Protection du Dirigeant

Depuis une dizaine d’années, les influenceurs ont professionnalisé la création de contenus sur les réseaux sociaux. Ce nouveau métier est devenu très attractif notamment du côté des marques qui se les arrachent.   
Toutefois, plusieurs questions sont à aborder lorsqu’il s’agit d’en faire son métier à temps plein : quel statut pour son entreprise ? Quelle est la réglémentation autour du marketing d'influence ?  

 

Comment devenir influenceur professionnel avec le statut d’auto-entrepreneur ?

Un influenceur désigne un créateur de contenu qui partage ses goûts, son mode de vie, ses bons plans et sa personnalité sur Internet. Ce dernier peut alors conseiller sa communauté sur les produits et services ou encore expériences qu’il a pu tester. Comme son nom l’indique, l’influenceur a alors le pouvoir d’orienter le choix des consommateurs grâce à son avis et ses retours sur les produits et expériences qu’il partage. Il est généralement spécialisé dans une thématique précise, qui peut être par exemple les jeux vidéo, la beauté, les animaux, la parentalité, les voyages ou encore le lifestyle si il est influenceur généraliste.

 

L’influenceur a l’opportunité et la possibilité de travailler avec des entreprises, le but est de promouvoir une activité, un service, un évènement ou un produit. Cette promotion peut se faire grâce à du contenu écrit, des photos ou encore des vidéos de qualité. Afin de pouvoir créer ce contenu l’influenceur dispose de plusieurs plateformes et manières pour y arriver : rédiger un article via un blog, faire un post sur les réseaux sociaux, réaliser une vidéo/un reportage, se rendre à un évènement, prendre le contrôle d’un compte Instagram ou Facebook d’une marque.

 

Le métier d’influenceur est une activité non réglementée. Concrètement, cela signifie qu’il n’est pas nécessaire d’obtenir un diplôme particulier, une certification ou une expérience obligatoire pour créer une auto-entreprise et bénéficier du statut d’auto-entrepreneur dans ce domaine.

Toutefois, il est nécessaire de respecter plusieurs points afin de bénéficier du statut d’auto-entrepreneur. Dès lors qu’une marque, une entreprise ou une organisation quelconque vous paye pour réaliser des contenus (photos, vidéos, posts sur les réseaux sociaux, etc.), vous devez obligatoirement déclarer cette activité et cela, dès le premier transfert encaissé.

Lorsque vous optez pour le statut d’auto-entrepreneur, vous ne paierez des cotisations sociales à l’URSSAF que si vous générez des revenus. Pour créer votre statut d’auto-entrepreneur vous avez deux possibilités : soit faire votre déclaration seul auprès de l’URSSAF, soit vous pouvez vous faire accompagner d’un avocat afin d’accélérer vos démarches et d’entreprendre l’ensemble des démarches auprès du Centre de Formalité des Entreprises compétent.

 

Remarque : Lorsque vous recevez uniquement des produits physiques en contrepartie d’une article de blog ou d’un post sur les réseaux sociaux, c’est ce que l’on appelle la rémunération en nature (la marque vous offre des cadeaux). Dans ce contexte, vous n’êtes pas obligé(e) de créer une auto-entreprise puisqu’il n’y a pas d’argent qui transite entre cette entreprise et vous.

Quelle est la réglementation juridique autour du marketing d’influence ?

Le marketing d’influence est un type de marketing qui s’appuie sur des leaders d’opinion pour réaliser la promotion d’un produit. Ces leaders peuvent être des personnalités ou des sites de référence spécialisés sur une thématique donnée.

Depuis l’année 2017, le métier d’influenceur a pris de l’ampleur, de nouvelles mentions obligatoires ont alors vu le jour pour ces derniers. Auparavant, les influenceurs n’étaient pas obligés d’indiquer une quelconque mention lorsque leurs contenus étaient sponsorisés par une marque. De ce fait, le problème de transparence par rapport aux internautes se posait étant donné que ces dernier étaient exposés à ces « publicités » sans le savoir réellement.

Face à ce flou juridique, l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) a instauré un cadre pour y mettre fin. Cette autorité a publié un guide de bonnes pratiques relatives au marketing d’influence. Les principales informations à retenir sont :
 

  • Tout contenu ayant été rémunéré par la marque doit être indiqué de manière explicite et instantanée. C’est-à-dire indiquer la formule « publication réalisée en partenariat avec la marque XXX » ou encore « contenu sponsorisé par XXX ».
  • L’influenceur doit respecter la réglementation européenne pouvant s’appliquer dans les secteurs de la cosmétique, la santé et les boissons alcoolisées.
  • L’influenceur se doit de communiquer de manière responsable. Il convient en conséquence de s’assurer de la véracité des propos, la transparence, la loyauté qui sont indispensables lorsque vous exercez ce métier.

 

Une législation existe pour encadrer les pratiques d’influence en ligne : l’article 20 de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, cette dernière stipule :

« Sont réputées trompeuses les pratiques commerciales qui ont pour objet […] d’utiliser un contenu dans les médias pour faire la promotion d’un produit ou d’un service alors que le professionnel a financé celle-ci lui-même, sans l’indiquer clairement dans le contenu ou à l’aide d’images ou de sons clairement identifiables par le consommateur. »

 

L’existence d’un cadre juridique, d’entreprises et d’experts en matière de marketing d’influence, la multiplication des garanties commerciales exigées et l’augmentation des formations proposées par les écoles et les centres de formation prouvent bien que l’on se tourne vers une professionnalisation des influenceurs mais aussi de ce secteur en général.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.